Bientôt une stratégie pour la biodiversité en Suisse*

14.02.2010, von Adèle Thorens Goumaz, Nationalrätin Grüne und Co-Präsidentin der parlamentarischen Gruppe Biodiversität und Artenschutz

* Lesen Sie unsere Autoren in deren Muttersprache.

Aujourd’hui, l’attention du monde entier est centrée sur le changement climatique. Si cette évolution est à saluer, il n’en reste pas moins que le climat a tendance à reléguer les autres enjeux environnementaux aux oubliettes.

Comme le climat il y a quelques années, le thème de la biodiversité est encore relativement mal connu du grand public. Pourtant, chacun d’entre nous y est confronté dans son quotidien. Pour ma part, je ressens d’abord la biodiversité comme un aspect important de ma qualité de vie. Lorsque je fais mes achats au marché, j’ai plaisir à choisir mes fruits et légumes au sein d’un vaste assortiment de produits diversifiés. Imaginez un marché où il n’y aurait que des salades pommées ou des pommes golden ! Lorsque je promène mon chien dans la forêt voisine, je suis en outre heureuse de pouvoir contempler autant d’arbres tous différents les uns des autres, des feuillus, des épineux et des buissons, des clairières fleuries, des haies accueillant de multitudes d’oiseaux. Mais au-delà des plaisirs qu’elle nous procure, la biodiversité est avant tout un élément essentiel de notre vie, si ce n’est de notre survie. Indispensable à notre sécurité alimentaire ou à la beauté de nos paysages, elle est aussi à la base d’innombrables produits pharmaceutiques, cosmétiques ou chimiques, ainsi que de matériaux, comme le bois ou les textiles, que nous utilisons chaque jour.

Aujourd’hui, ce patrimoine incomparable est menacé partout dans le monde. Comme le réchauffement climatique, ce processus est sournois et parfois irréversible. En Suisse, 15 espèces de reptiles sur 19 sont menacées, ainsi que 58% des espèces de poissons ou encore 40 % des oiseaux nicheurs.

Comme politicienne, je ne pouvais rester inactive face à cette situation. C’est pourquoi j’ai proposé d’intégrer dans le Programme de législature 2007 – 2011 la nécessité, pour le Conseil fédéral, de présenter une stratégie en faveur de la biodiversité pour la Suisse. Cette proposition a été acceptée par le parlement en septembre 2008. Actuellement, la stratégie est en préparation. Un premier jet devrait être soumis au Conseil fédéral d’ici à l’été 2010. Je souhaite que ce document tienne compte de la dimension transversale de la biodiversité, qui est en lien avec un grand nombre de politiques publiques très ciblées, comme l’aménagement du territoire, la politique agricole, le développement touristique, la gestion quantitative et qualitative des eaux, la gestion des forêts, ou encore la politique climatique. La stratégie, outre des objectifs ambitieux et précis, devrait prévoir des mesures concrètes permettant de les atteindre, ainsi qu’un budget suffisant et un système d’évaluation crédible.

A l’occasion de cette année internationale de la biodiversité, je me réjouis que la Suisse remplisse bientôt les engagements qu’elle a pris dans le cadre de la Convention sur la biodiversité, ratifiée en 1995 déjà. Car il n’est jamais trop tard pour bien faire.

Kommentare

Keine Kommentare